English Français
Help preserve sites now!

Parc National des îles de la Madeleine

Date of Submission: 18/11/2005
Category: Mixed
Submitted by:
Minisère de la Culture et du Patrimoine Historque Classé
Coordinates: 14 39 17 N17 28 21 WRégiion : DakarDépartment : Dakar
Ref.: 2077
Export
Word File
Disclaimer

The Secretariat of the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Heritage Centre do not represent or endorse the accuracy or reliability of any advice, opinion, statement or other information or documentation provided by the States Parties to the World Heritage Convention to the Secretariat of UNESCO or to the World Heritage Centre.

The publication of any such advice, opinion, statement or other information documentation on the World Heritage Centre’s website and/or on working documents also does not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of UNESCO or of the World Heritage Centre concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Le Parc National des Îles de la Madeleine, à la fois paradis naturel et site culturel pour la collectivité de pêcheurs Lebou, est à environ 4 km à l'ouest de Dakar dans l'océan atlantique. Il abrite le génie protecteur « Ndoek-Daour » de la ville de Dakar d'après les traditions de cette collectivité.

Ce parc, d'une superficie de 15 ha, est composé de deux îlots ceinturés par une frange maritime de 50 mètres. La falaise atteint une hauteur de 35 mètres et entoure un plateau horizontal, dominé au sud par deux petits chicots rocheux, dont l'un porte les ruines d'une très ancienne construction datant au moins de plusieurs siècles. Au sud, le plateau tombe en pente assez douce vers une crique, parfois nommée « crique HUBERT », seul endroit où l'accostage est possible. En arrière de cette crique se trouve un bassin naturel, sorte d'aquarium long de 30 m, large de 10 m et d'une profondeur qui atteint 4 m, et « où l'on peut se baigner en sûreté » (Adanson, 1749).

A 250 m au sud-est, quelques rochers inaccessibles, formant deux groupes d'inégales importances, justifient l'expression « les Iles de la Madeleine ». Sur certaines cartes ces récifs sont souvent appelés « îles Lougnes ».