Partout et de tous temps, le talent des hommes a produit d’immenses chefs-d’oeuvre, expressions matérielles ou immatérielles de l’esprit des lieux. Depuis presque deux cents ans, en France, les responsables politiques et les acteurs culturels ont élaboré des doctrines et des corpus de règles patrimoniales pour identifier, préserver et valoriser les édifices, les ensembles bâtis et les sites jugés dignes de constituer le « patrimoine commun de la Nation ».

idéal de paix. Depuis 1972, 191 États parties ont ratifié la Convention de l’UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial et se sont engagés dans une immense coopération internationale, illustrée par l’inscription de 1007 biens de Valeur universelle exceptionnelle (VUE) sur la Liste du patrimoine mondial.

Comment l’héritage culturel et naturel des peuples a-t-il conquis, en à peine plus de quarante ans, un public planétaire, faisant de sa sauvegarde un enjeu majeur pour les États, jusqu’aux plus pauvres ? Quels cadres la communauté internationale a-t-elle élaboré pour associer dans un même projet de préservation les icônes bâties du génie humain, les témoignages uniques de traditions vivantes ou disparues, les phénomènes naturels d’une importance esthétique exceptionnelle, les processus écologiques évolutifs, jusqu’à inscrire en juin dernier (38e session du Comité du patrimoine mondial à Doha, Quatar) la grotte Chauvet-Pont-d’Arc en Ardèche, dont nous ne verrons pour autant jamais l’authentique matérialité ? A quelles menaces cette précieuse et croissante collection a-t-elle déjà échappé et comment se prépare-telle à affronter celles que les générations futures, auxquelles elle est destinée, lui réservent ?

Pour leur neuvième édition, les Cours publics adoptent un format renouvelé avec un programme concentré sur 13 séances au rythme d’une semaine sur deux. Un accès gratuit à deux expositions de la Cité de l’architecture & du patrimoine est offert aux abonnés.

Enrichie d’illustrations, la brochure a aussi modifié sa formule, avec des textes généraux d’auteurs impliqués au plus haut niveau dans la conception, la mise en oeuvre et le suivi du patrimoine mondial.
Ce cycle présente enfin des synergies avec le programme universitaire du labex CAP, « Enjeux actuels du patrimoine », et ses 4 journées d’études sur le thème « Patrimoine mondial, critères, experts, institutions, méthodes ». Elles nous permettront de mutualiser certains intervenants et d’accueillir des étudiants chercheurs.

Le panel des intervenants de ce cycle reflète au meilleur niveau les missions et actions qui constituent le patrimoine mondial et les questions qu’il pose à la société d’aujourd’hui : acteurs historiques de l’activité internationale, experts, porteurs de dossier et responsables de collectivités ou acteurs de terrain, français et d’autres pays, ils ont accepté d’apporter leur pierre à l’édifice de nos Cours publics 2014-2015 et de contribuer ainsi à la diffusion de la connaissance et à la réflexion commune, portée par l’école de Chaillot au sein de la Cité de l’architecture & du patrimoine.