English Français
Help preserve sites now!
 

Soutien au Rapport Périodique Afrique

2010 - 2010
Categories Periodic Reporting
This page is not fully available in English, it is available in French.

Le rapport périodique sur l'application de la Convention du patrimoine mondial et sur l'état de conservation des biens du patrimoine mondial est un système de suivi de la Convention de 1972, mis en œuvre tous les six ans dans chaque région à travers l’engagement des Etats. Bien plus qu’un simple rapport administratif, il constitue l’opportunité de faire le point sur l’application de la Convention et la conservation des biens, d’identifier les défis, réactualiser les informations factuelles, développer des plans d’actions et surtout analyser les outils et méthodes pour renforcer la bonne gestion et conservation des biens du patrimoine mondial. Ce double objectif, à la fois d’analyse et de prospective, à l’échelle nationale et locale, est particulièrement important.

Afin d’assister les Etats dans cet exercice, le Centre du patrimoine mondial organise plusieurs réunions techniques réunissant par sous-régions les principaux protagonistes impliqués dans la mise en œuvre du Rapport périodique. Le gouvernement français dans le cadre de la Convention France-UNESCO a contribué au co-financement de réunions et a participé à la réunion finale:

  • réunion de lancement du deuxième cycle du rapport périodique pour l’Afrique, accueilli par le Sénégal, à Dakar, du 20 au 22 janvier 2010, ayant réuni 42 Etats parties de l’Afrique de l’Ouest afin de partager les outils méthodologiques et stratégiques nécessaires à la préparation des différents rapports ;
  • réunion du groupe sous-régional francophone à Yaoundé, Cameroun ;
  • réunion finale dans le site du patrimoine mondial de Vredefort Dome, Afrique du Sud (février 2011).

Le rapport périodique pour l’Afrique a été présenté à la 35e session du Comité du patrimoine mondial (Paris, France, 19-29 juin 2011) et ses principales conclusions sont :

  1. renforcer les cadres législatifs et réglementaires des biens et des abords des biens du patrimoine mondial afin de contenir les projets d’infrastructure et de développement ;
  2. renforcer l’implication des communautés et populations dans les processus de prise de décisions et de gestion locale. Favoriser les retombées positives et directes des inscriptions de biens auprès des communautés ;
  3. Renforcer l’attention et le soutien du Comité du patrimoine mondial aux sites en zone post-conflit ;
  4. Renforcer les capacités d’actions et d’intervention pour la mise en œuvre d’opérations de restauration et de conservation (à savoir, conservation, gestion des risques, interprétation et gestion des visiteurs, prise en compte des populations et des communautés) ;
  5. Identifier les facteurs affectant les sites dans les années à venir (industries extractives, changement climatique, exploitations illégales des ressources biologiques…).

Geographical focus