Patrimoine mondial http://whc.unesco.org?cid=305&l=fr&action=list&searchDecisions=&search_theme=6&mode=rss Centre du patrimoine mondial - décision du Comité 90 fr Copyright 2019 UNESCO, World Heritage Centre Sun, 25 Aug 2019 05:41:07 EST UNESCO, World Heritage Centre - Decisions http://whc.unesco.org/document/logowhc.jpg http://whc.unesco.org 6 EXT.COM 5.2 Textes fondamentaux sur le patrimoine mondial Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Prenant note de la proposition de la Délégation de la Belgique (présentée en Figure 1 du document WHC-02/CONF.202/15) de réaliser un recueil unique des Textes fondamentaux sur le patrimoine mondial à l'instar des Textes fondamentaux de l'UNESCO, et des commentaires positifs sur cette proposition reçus des Etats parties en réponse à la lettre circulaire CL/WHC.12/02 concernant la révision du Règlement intérieur ;
  2. Charge le Centre du patrimoine mondial de préparer un plan général et un plan de publication (avec budget) pour un recueil de Textes fondamentaux sur le patrimoine mondial en anglais et en français (qui comprendrait la Convention du patrimoine mondial, la Déclaration Budapest, les Orientations, le Règlement intérieur du Comité du patrimoine mondial, le Règlement intérieur de l’Assemblée générale des Etats parties à la Convention et le Règlement financier du Fonds du patrimoine mondial), pour présentation à la 28e session du Comité du patrimoine mondial en 2004 ;
  3. Charge en outre le Centre du patrimoine mondial, travaillant en collaboration avec les organisations consultatives, de présenter à la 28e session du Comité du patrimoine mondial en 2004 une proposition chiffrée pour l’établissement de documents de référence pour la protection des biens du patrimoine mondial qui compléteraient les Orientations. Ils pourraient inclure des conseils spécifiques sur la proposition d’inscription de certains types de biens et leur gestion, des études de cas des meilleures pratiques ou des conseils sur d'autres questions particulières.
]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/6174 wh-info@unesco.org Mon, 17 Mar 2003 00:00:00 EST
6 EXT.COM 5.3 Manuel de la Convention du patrimoine mondial Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Tenant compte de la proposition du Centre du patrimoine mondial d'élaborer un manuel de la Convention du patrimoine mondial à l'instar du Handbook on the Convention of Biological Diversity présentée à la 26e session du Comité, Budapest 2002 (document WHC-02/CONF.202/15, section VII, paragraphe 36);
  2. Invite le Centre du patrimoine mondial, en concertation avec les Etats parties intéressés et les organisations consultatives, à élaborer un plan général, un plan de publication (avec budget et éditeur potentiel) et un projet de financement d’un Manuel de la Convention du patrimoine mondial en anglais et en français pour présentation à la 28e session du Comité du patrimoine mondial en 2004.
]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/6175 wh-info@unesco.org Mon, 17 Mar 2003 00:00:00 EST
7 EXT.COM 11 http://whc.unesco.org/fr/decisions/61 wh-info@unesco.org Mon, 06 Dec 2004 00:00:00 EST 18 BUR VII.15 [Uniquement en anglais] International assistance for training provided under the World Heritage Fund: review, evaluation and strategy - Review and assessment of cultural heritage training activities (1988-1992) The Bureau approved US$30,000 for the organization of a workshop to be held in 1994-1995 with a selected number of the centre's training partners in the field of the conservation and preservation of the cultural heritage, key individuals and colleagues from UNESCO's Secretariat to provide a sound basis for a fresh strategy.


The Bureau asked the Centre to submit the overall evaluation findings as well as recommendations for a future training strategy to the World Heritage Committee.


 

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/4562 wh-info@unesco.org Mon, 04 Jul 1994 00:00:00 EST
18 BUR VII.9 [Uniquement en anglais] International Assistance for training provided by the World Heritage Fund: review, evaluation and strategy - Review and assessment of natural heritage training activities (1988-1992) The Bureau approved US$30,000 for a workshop to be held in 1994-1995 with a selected number of experts, specialists and key individuals, including agreement by the schools, to review the curricula of the courses, management objectives as well as the outcome of the courses.


The Bureau asked that the Centre  submit the evaluation findings as well as  recommendations by the experts for a future training strategy for natural heritage to the World Heritage Committee.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/4561 wh-info@unesco.org Mon, 04 Jul 1994 00:00:00 EST
19 COM XII.1-12 Examen d'une stratégie de formation XII.1 Le Centre a présenté le document WHC-95/CONF.203/9 dont la partie A est consacrée au patrimoine naturel et la partie B au patrimoine culturel.

A. Patrimoine naturel

XII.2 Le document d'information WHC-95/CONF.203/INF.11A intitulé "Stratégie de formation dans le domaine du patrimoine naturel" a également été présenté. La session a commencé par une déclaration de fond relative aux responsabilités des Etats parties énoncées à l'article 5 (e) de la Convention et à l'assistance disponible pour la formation mentionnée à l'article 22 (c). La formation est définie comme une notion très vaste comprenant l'éducation, la formation et la promotion.

XII.3 Le Centre a fait remarquer qu'en dépit de la satisfaction générale suscitée par les programmes de formation parrainés par la Convention, il était nécessaire de proposer un programme cohérent et dynamique. Les finalités et objectifs ont été définis en ces termes :

"La stratégie de formation du patrimoine naturel a pour mission et objectifs d'améliorer la capacité de tous les Etats parties à identifier, protéger, conserver et présenter le patrimoine naturel."

On a pris note des cinq objectifs mentionnés.

XII.4 Le Centre a présenté quatre actions stratégiques qui sont énoncées en détail dans le document WHC-95/CONF.203/9. Il a été noté que les programmes et autres matériels de formation étaient le grand point faible dans le domaine du patrimoine naturel. Le débat a par ailleurs mentionné la nécessité de former les enseignants et les formateurs dans un souci d'efficacitéé, celle d'inclure les valeurs culturelles et naturelles dans les programmes de formation et celle d'organiser régulièrement des séminaires régionaux. Le Délégué du Niger a fait une proposition à ce sujet pour qu'un séminaire de ce type se tienne en Afrique.

XII.5 Certaines préoccupations ont aussi exprimé la nécessité de maintenir un équilibre géographique en matière de formation et le fait que les modules de formation doivent tenir compte des relations sur les plans social, économique, de l'environnement et de l'éthique entre les populations locales, la conservation de la nature et l'utilisation viable des ressources. Un texte a été préparé à ce sujet et accepté par les Etats parties concernés.

XII.6 A la clôture de la session, la stratégie a été adoptée comme base du futur développement du programme en coopération avec les organismes consultatifs. Une proposition budgétaire a été présentée et examinée sous ce point de l'ordre du jour.

B. Patrimoine culturel

XII.7 Lors de la présentation du document WHC- 95/CONF.203/9, il a été rappelé qu'à la demande du Comité du patrimoine mondial, le Bureau, lors de sa dix-huitième session (en juillet 1994) avait examiné toutes les dépenses engagées dans le cadre de l'assistance pour la formation de 1988 à 1992 et conclu que le Centre pour le patrimoine mondial devrai t organiser un séminaire d'évaluation qui permettrait de définir une nouvelle stratégie de formation dans le domaine de la conservation du patrimoine culturel. Aucune provision budgétaire n'avait cependant été prévue pour cette activité et le Comité du patrimoine mondial, lors de sa dix-huitième session en décembre 1994, n'avait pas avalisé cette proposition, alors qu'il avait approuvé 30.000 dollars EU pour la préparation d'une stratégie de formation des gestionnaires de sites culturels.

XII.8 Face à cette situation, le Directeur du Centre a demandé à l'ICCROM de préparer une proposition qui avait été distribuée lors de la 19ème session du Bureau en juillet 1995, puis diffusée à un certain nombre de partenaires de l'ICCROM et du Centre. Le document WHC-95/CONF.203/INF.11B, qui reflète le résultat de ces consultations, établit le cadre conceptuel et méthodologique qui servira de référence à l'élaboration àe la stratégie de formation. Il analyse le contenu des programmes de formation et les structures de carrière, en fonction des types de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, sans toutefois proposer des plates-formes d'action adaptées à chaque région géoculturelle. Toutefois, le Centre et l'ICCROM, ont estimé que la stratégie en matière de formation des biens culturels devait tenir compte de l'analyse des particularités de chaque région et se fonder sur une évaluation de leurs besoins. Ils se proposent donc d'entamer, en 1996, un processus de collecte d'informations à l'échelle nationale et régionale, afin de mieux cerner les priorités et identifier les institutions régionales et sous-régionales avec lesquelles des liens de partenariat pourraient être établis.

XII.9 Le Représentant de l'ICCROM a souligné dans sa présentation la complexité de la conservation dans le domaine du patrimoine culturel du fait de la grande diversité de ce dernier dans les différentes parties du monde. La preuve en fut donnée en 1994 lors de la réunion de Nara sur l'authenticité. Se référant aux groupes cibles, il a évoqué les professionnels, les techniciens et les artisans de la conservation, les hommes politiques et les décideurs ainsi que le grand public, les médias, la télévision et la presse qui doivent participer aux programmes d'éducation et de formation.

XII.10 Il a insisté sur la nécessité d'assurer la participation des Etats parties eux-mêmes à travers un processus qui prévoit des enquêtes réalisées par les Etats parties sur leurs propres besoins de formation et de débats organisés lors de réunions régionales afin d'identifier le rôle de la collaboration internationale dans ce domaine. Le programme actuel de l'ICCROM a en fait pour objectif de renforcer la capacité des institutions et des réseaux professionnels dans le monde entier. Le but de l'ICCROM consiste à identifier des secteurs ayant des problèmes et des préoccupations similaires afin de lancer des programmes thématiques. Le programme élaboré par l'ICCROM sur la gestion de la conservation de villes historiques en est une illustration. Un programme international de formation à la conservation de villes du patrimoine mondial sera organisé en 1997.

XII.11 Au cours du débat, 13 membres du Comité et le Représentant de l'ICOMOS ont pris la parole et exprimé leur satisfaction sur les documents préparés par le Centre du patrimoine mondial et l'ICCROM. Ils ont souligné l'importance de la formation qui est une condition nécessaire et indispensable de la conservation du patrimoine culturel et approuvé l'approche régionale et thématique qui leur avait été proposée. Après avoir déploré le déséquilibre des programmes de formation entre l'Europe et le reste du monde, ils se sont déclarés soucieux de remédier à cet état de fait qui, de l'avis d'un membre du Comité, serait une des causes de la faible représentation de l'Afrique sur la Liste du patrimoine mondial. Deux délégués ont demandé que la composante méditerranéenne soit davantage prise en compte. Certains orateurs ont également mis en avant la complémentarité des cours internationaux destinés à la formation de formateurs, des cours régionaux destinés aux conservateurs, architectes et autres spécialistes, et des cours nationaux destinés à la formation des personnels techniques. Ils ont encouragé le Centre à poursuivre sa politique de formation in situ et demandé que les artisans qui sont les détenteurs de savoir-faire précieux et indispensables pour la conservation des structures les plus fragiles telles que la terre crue ou le bois puissent également en bénéficier. Des interventions ont mis l'accent sur l'utilisation de vidéos éducatives et l'enseignement à distance.

XII.12 Le Comité a appuyé les propositions visant à établir un inventaire des besoins de conservation à partir de questionnaires qui seraient adressés aux autorités nationales responsables de la protection du patrimoine, et demandé que des instituts de formation régionaux soient identifiés pour participer à l'élaboration de programmes, qui combinent des approches théoriques et pratiques adaptées aux réalités locales. De plus, le Comité a demandé au Centre d'adopter une approche "intégrée", et l'a engagé à élaborer des programmes de formation destinés aussi bien aux gestionnaires de sites naturels que culturels. Cette réflexion devra être menée de concert avec tous les organismes consultatifs (l'UICN, l'ICOMOS et l'ICCROM). Un membre du Comité ayant constaté que le Fonds du patrimoine mondial ne pourrait satisfaire tous les besoins en matière de formation, a demandé que des efforts soient déployés en vue de rechercher des ressources financières supplémentaires pour financer les activités de formation. Le Comité a appuyé les propositions de travail pour l'année 1996, et a souhaité qu'une allocation budgétaire puisse être accordée à la mise au point de cette stratégie.

XII.13 Au terme du débat, le Président a demandé au Directeur du Centre de veiller à corriger les déséquilibres en matière de formation et d'accorder une assistance conséquente aux Etats parties en Afrique. Le Directeur du Centre s'est engagé à demander aux organismes consultatifs, lors de la réunion qui se tiendra en février 1996 au Centre, à Paris, de lui faire des propositions sur l'élaboration de programmes de formation destinés aux gestionnaires de sites culturels et naturels. Il s'est engagé à prévoir une ligne budgétaire qui permettrait de mettre au point une véritable stratégie de formation pour les biens culturels.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/3110 wh-info@unesco.org Mon, 04 Dec 1995 00:00:00 EST
20 COM XI.7 Etat d'avancement de la stratégie de formation XI.7 Plusieurs membres du Comité se sont montrés très satisfaits du projet de stratégie de formation pour le patrimoine culturel. Ils ont pris note du document d'information WHC-96/CONF.201/INF.15, avant d'approuver une recommandation sur les principes qui devraient guider les activités de formation dans le domaine du patrimoine naturel et culturel (voir Annexe VI). Ils ont fait part de leur intention d'augmenter en 1997 la ligne budgétaire réservée à la formation. Le représentant de l'ICCROM a proposé que l'ICCROM coordonne les initiatives en matière de formation, afin d'éviter les doubles emplois.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/3016 wh-info@unesco.org Mon, 02 Dec 1996 00:00:00 EST
24 COM XIV.2 Demandes d'assistance internationale : Coopération technique XIV.2 Demandes d'assistance internationale

Le Bureau s'est réuni pendant la vingt-quatrième session du Comité, après approbation du budget d'assistance technique pour l'année 2001 - chapitre III -, afin de prendre ou de recommander au Comité des décisions concernant les demandes d'assistance internationale. L'attention du Comité et du Bureau a été attirée sur le document WHC-2000/CONF.204/17. 6 demandes de décisions de la part du Comité et 14 demandes de décision de la part du Bureau ont été examinées et ont abouti aux décisions suivantes. On trouvera ci-après toutes les décisions prises par le Bureau et le Comité concernant ces demandes :

 

(ii) Coopération technique

Patrimoine naturel

2001 - 459 Sénégal

« Lutte contre la Salvinia molesta dans le delta du fleuve Sénégal dans le Parc national des oiseaux du Djoudj »

Sur recommandation du Bureau, le Comité a approuvé une somme de 130 475 dollars EU pour mettre en oeuvre la phase 1 du projet d'intervention en 3 phases, aux conditions suivantes :

  • que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds du patrimoine mondial ;
  • que l'Etat partie fournisse une répartition détaillée des 85 715 dollars EU de dépenses prévues pour le dégagement du lac du Lamentin qui obtienne l'agrément du Centre et de l'UICN ;
  • que l'Etat partie, le Centre et l'UICN établissent des références et des indicateurs pour déterminer le degré de réussite des opérations d'intervention de la 1ère phase et guider la planification des étapes suivantes, notamment toute modification des activités des phases 2 et 3 actuellement prévues ;
  • que l'Etat partie, le Centre et l'UICN élaborent un plan de financement des activités au-delà de la première phase, pour récolter des fonds de donateurs potentiels autres que le Fonds du patrimoine mondial, ce qui diminuerait les demandes de contribution du Fonds pour les opérations de la deuxième et troisième phase.

De plus, le Comité a décidé que cette somme de 130 475 dollars EU serait allouée sur le budget d'assistance d'urgence pour 2001, plutôt que sur celui de la coopération technique pour le patrimoine naturel au titre de l'année 2001.

2001-461 Costa Rica

« Education et protection sur l'Aire de conservation de Guanacaste »

Sur recommandation du Bureau, le Comité a approuvé la somme de 40 000 dollars EU pour couvrir les dépenses des activités d'éducation (17 600 dollars EU) et de protection (22 400 dollars EU) proposées par l'Etat partie.

 

Patrimoine culturel

2001-439 Cuba

« Poursuite de la consolidation et de la réhabilitation du troisième cloître en ruine du couvent de Santa Clara, site de la Vieille ville de la Havane et ses fortifications »

En tenant compte de la précédente contribution de 30 000 dollars EU pour la rénovation du bâtiment, le Comité a approuvé une contribution de 35 000 dollars EU, sous réserve que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds, conformément à la recommandation du Bureau.

2001-446 République dominicaine

« Etude sur le tourisme culturel dans le centre historique de Saint-Domingue»

Le Bureau a approuvé la somme de 24 207 dollars EU pour cette activité, sous réserve que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds et demande à l'Etat partie de prendre en charge les frais de secrétariat.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2520 wh-info@unesco.org Mon, 27 Nov 2000 00:00:00 EST
24 COM XIV.2 Demandes d'assistance internationale : Formation XIV.2 Demandes d'assistance internationale

Le Bureau s'est réuni pendant la vingt-quatrième session du Comité, après approbation du budget d'assistance technique pour l'année 2001 - chapitre III -, afin de prendre ou de recommander au Comité des décisions concernant les demandes d'assistance internationale. L'attention du Comité et du Bureau a été attirée sur le document WHC-2000/CONF.204/17. 6 demandes de décisions de la part du Comité et 14 demandes de décision de la part du Bureau ont été examinées et ont abouti aux décisions suivantes. On trouvera ci-après toutes les décisions prises par le Bureau et le Comité concernant ces demandes :

 

(iii) Formation

Patrimoine naturel

2001-458 Cameroun

« Trois bourses d'études pour des spécialistes africains en gestion des aires protégées/de la faune sauvage pour l'année universitaire 2001-2002»

Sur la recommandation du Bureau, le Comité a approuvé la somme de 45 000 dollars EU pour trois bourses d'étude pour des spécialistes africains en gestion des aires protégées/ de la faune sauvage pour deux années universitaires (2001 - 2003) à l'Ecole de formation de spécialistes de la faune sauvage de Garoua, au Cameroun.

2001-431 Malawi

« Renforcement des compétences pour le Parc national du Lac Malawi »

Conformément à la recommandation de la vingtquatrième session du Bureau, le Comité a approuvé une somme de 37 094 dollars EU pour l'activité proposée.

2001 - 457 République unie de Tanzanie

« Trois bourses d'études pour des spécialistes africains en gestion des aires protégées/faune sauvage pour l'année universitaire 2001-2002»

Le Bureau a approuvé une somme de 30 000 dollars EU pour soutenir trois bourses d'étude au Mweka College of African Wildlife Management, pour l'année universitaire 2001-2002.

 

Patrimoine culturel

2001-445 Pakistan

« Cours de formation pour l'analyse technique physique, chimique et biologique des problèmes liés à la conservation des monuments archéologiques en brique et pierre»

Le représentant de l'ICCROM a indiqué au Bureau que l'activité proposée était un stage de formation national important destiné à des professionnels. Mais il recommande que l'activité proposée soit élargie et ouverte à des participants de la région qui pourraient bénéficier de l'activité sur des sites du patrimoine mondial. Il a précisé au Bureau que l'ICCROM serait prêt à fournir des conseils techniques pour reformuler le programme du stage de formation proposé.

Le Bureau a approuvé un montant de 22 000 dollars EU, sous réserve que l'Etat partie mette en oeuvre cette activité au niveau sous-régional, en coopération étroite avec l'ICCROM, le bureau de l'UNESCO à Bangkok et le Centre du patrimoine mondial.

2001-442 Norvège

« Culture, gestion du patrimoine et tourisme : modèles de coopération entre acteurs. Atelier sur la conception de modèles de coopération»

L'ICCROM a informé le Bureau que, dans le principe, la demande méritait d'être soutenue, dans la mesure où l'activité proposée s'inscrit dans le cadre de l'activité actuellement entreprise par le Conseiller régional de l'UNESCO pour la culture en Asie & Pacifique sous le titre « Développement social intégré et préservation des sites du patrimoine culturel en Asie et dans le Pacifique par des efforts au niveau local (LEAP) ». Lancé en 1997, ce projet repose sur la compréhension des conditions et problèmes spécifiques à la région et a donné des résultats dans le domaine de la formation des responsables de sites régionaux et de leurs partenaires, en particulier sur les aspects de la gestion des sites liés à l'accroissement de la sensibilisation. Le programme couvre une grande variété de questions liées à la conservation, des zones historiques aux paysages culturels, des problèmes de gestion des sites aux problèmes du tourisme. La présente demande concerne le tourisme. Tout en soutenant le contenu technique de la demande, l'ICCROM a recommandé que la contribution du Fonds du patrimoine mondial se limite aux frais de transport des participants de pays en développement.

Le Bureau a indiqué que de telles demandes devraient être soumises par le pays d'accueil ou avec son aval.

Le Délégué de la Chine a informé le Bureau que son gouvernement soutenait dans le principe l'activité proposée qui semble bien organisée et qui devrait profiter à un grand nombre d'Etats parties de la région Asie- Pacifique ; il a exprimé sa gratitude au gouvernement norvégien pour les initiatives prises en vue de renforcer les capacités des responsables de sites de la région Asie- Pacifique. Cependant, en tant que pays d'accueil potentiel de l'atelier proposé, il a recommandé que son gouvernement et les collectivités locales du site de Lijiang soient officiellement consultés. En outre, la Chine s'est déclarée préoccupée de l'absence de spécialistes venant de la région Asie. Il a demandé que la réunion soit mise dans un contexte mondial plutôt que régional.

Si le Bureau apprécie l'initiative du gouvernement norvégien et du Conseiller régional de l'UNESCO pour la culture en Asie et Pacifique, il a demandé au pays d'accueil de soumettre la demande en consultation avec la Norvège, le Conseiller régional de l'UNESCO pour la culture en Asie et Pacifique et le Centre du patrimoine mondial.

2001-426 Fédération de Russie

« Atelier international sur la préservation et la conservation des structures en bois sur le modèle du projet de restauration de l'Eglise de la Transfiguration du Kizhi Pogost »

2001-460 Fédération de Russie

« Atelier international de formation pour de hauts responsables du patrimoine mondial d'Europe centrale et orientale»

Le Bureau, dérogeant à titre temporaire à l'application des Orientations devant guider la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial paragraphe 121, a reporté l'examen des deux demandes de la Fédération de Russie, en raison du montant exceptionnellement élevé des cotisations non réglées par l'Etat partie depuis 1992, soit 1 514 246 dollars EU.

2001-430 Mexique

« Cours sur la conservation et la gestion des sites archéologiques dans les tropiques humides »

L'ICCROM a informé le Bureau que la demande aborde des questions extrêmement importantes par une approche bien conçue, chiffrée avec précision, qui prévoit la diffusion du matériel pédagogique après la formation et qui vise à renforcer les échanges et la coopération au niveau régional. Mais l'ICCROM a également fait remarquer qu'il serait utile de profiter des leçons tirées de cours semblables, organisés dans le passé en Amérique latine et soutenus par le Comité du patrimoine mondial, notamment PAT 96 et PAT 99. Si ce cours pourrait être une expérience pilote sur les tropiques humides, beaucoup de questions soulevées sont communes à la gestion des sites archéologiques dans n'importe quelle partie du monde. En fait, il serait utile d'étudier les précédents en dehors de l'Amérique latine, par exemple le Triangle culturel du Sri Lanka, où de nombreuses approches innovantes de la gestion des sites archéologiques dans les tropiques ont été élaborées. L'ICCROM a en outre informé le Bureau qu'il serait utile de réunir les neuf modules du cours proposé à l'intérieur d'un cadre explicite, encourageant la conservation et la gestion intégrées.

Le Bureau a approuvé la somme de 20 900 dollars EU pour cette activité, recommandant à l'Etat partie de tenir compte des commentaires de l'ICCROM.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2522 wh-info@unesco.org Mon, 27 Nov 2000 00:00:00 EST
24 COM XV.1-11 Stratégie de la formation : Stratégie globale de la formation XV.1 Le Président a déclaré que ce point de l'ordre du jour comportait deux éléments : la Stratégie globale de formation et le Programme de bourses d'études du patrimoine mondial. Le Secrétariat a présenté le document de travail WHC-2000/CONF.204/18 en indiquant qu'il comportait deux recommandations pour adoption par le Comité, la première sur une Stratégie globale de formation sur le patrimoine culturel, préparée par l'ICCROM, et la seconde, pour des activités de suivi du Plan d'action stratégique pour la formation dans le domaine du patrimoine naturel. Le Centre a attiré l'attention du Comité sur le document constructif de 66 pages traitant de la Stratégie globale de formation sur le patrimoine culturel préparé par l'ICCROM, qui est disponible en intégralité comme document d'information sous la cote WHC-2000/CONF.204/INF.16, pour compléter le résumé du point de vue de l'ICCROM présenté dans le document de travail CONF.204/18.

XV.2 Le Secrétariat a indiqué que la réunion entre le Centre du patrimoine mondial, l'ICCROM et les parties concernées et autres organes consultatifs pour mettre au point la « Stratégie régionale de formation, matrice de programme et plan d'action correspondant » n'avait pas eu lieu en raison de la tenue de la Session spéciale du Bureau à Budapest. Elle a souligné l'importance croissante de la sensibilisation à la formation spécialement pour le renforcement des capacités au niveau national et l'évolution du public ciblé parallèlement à l'évolution de la notion de patrimoine. Déclarant que la formation constitue une partie essentielle de la tâche fondamentale de l'UNESCO d'appui au renforcement des capacités dans les domaines de compétence de l'Organisation, le Secrétariat a informé le Comité de l'orientation essentielle des activités de formation passées et présentes de conservation du patrimoine financées par l'UNESCO. Compte tenu des difficultés rencontrées pour obtenir le soutien de bailleurs de fonds, pour des institutions de formation nationales et régionales de conservation du patrimoine, l'UNESCO a recentré son action sur les activités de formation sur site en cours d'emploi en les intégrant dans des projets opérationnels confiés pour coordination ou exécution à l'Organisation, et sur l'établissement de partenariats avec des institutions pour inclure l'enseignement dans la gestion du patrimoine et le savoir-faire en matière de conservation. A cet égard, la représentante du Secrétariat a fait part de la satisfaction du Centre des nouveaux programmes d'études sur le patrimoine mondial mis en place à l'Université technique de Cottbus, Allemagne ; au Parc national du Cilento, Italie ; à l'Université de Beijing, Chine ; et à l'Université Waseda, Japon. Elle a indiqué que l'Université François Rabelais de Tours, France, allait prochainement lancer un programme sur le patrimoine mondial et le paysage culturel.

XV.3 Soulignant la nécessité de cohésion et de complémentarité dans les nombreuses initiatives et activités en cours, le Centre a exprimé sa satisfaction de la collaboration de l'ICCROM dans la mise au point de cette Stratégie globale de formation pour le patrimoine culturel qui a été totalement approuvée par le Centre. Le nouveau Directeur général de l'ICCROM, le Dr Nicholas Stanley- Price, a présenté la Stratégie globale de formation pour le patrimoine culturel mondial. Il a insisté sur le fait que l'ICCROM souhaite renforcer son rôle d'organe consultatif auprès du Comité du patrimoine mondial. La présentation détaillée faite par deux collaborateurs de l'CCROM, Herb Stovel et Nobuko Inaba, a montré l'importance de mettre fin à cette Stratégie mise en place depuis six ans, étant donné l'instauration du processus de soumission de rapports périodiques et de ses résultats escomptés pour la formation. La présentation de l'ICCROM a traité du déroulement de la Stratégie - depuis que le Bureau avait demandé sa mise en place en juin 1994 -, a fait le point sur les activités de l'ICCROM en faveur de la Convention en 2000 et a présenté et détaillé les éléments essentiels de l'approche stratégique proposée.

XV.4 Ces éléments essentiels comprenaient un « cadre de principes » élaboré au cours de débats d'experts sur plusieurs années et utilisé pour définir une « orientation stratégique » pour la stratégie de formation, des mesures prioritaires dans le cadre de stratégies et programmes internationaux, des domaines d'action potentiels et une stratégie de mise en oeuvre et de financement, ainsi que des rôles et des responsabilités à l'intérieur d'un système de formation sur le patrimoine mondial. La stratégie de financement et de mise en oeuvre proposée incluait des mesures administratives (qui soulignaient l'importance des évaluations internes et des outils de revue de la soumission de rapports périodiques), des mesures concernant une utilisation plus précise du Fonds du patrimoine mondial, et des mesures pour attirer et orienter le financement extérieur. La présentation des rôles et des responsabilités à l'intérieur d'un système de formation d'ensemble sur le patrimoine mondial a décrit en détail le rôle assigné à l'ICCROM en tant que « partenaire privilégié pour la formation » par le Comité en 1996, en soulignant le rôle de coordonnateur de l'ICCROM, son rôle de contrôleur de la qualité, son rôle de créateur de réseaux pour la formation dans le domaine du patrimoine mondial, son rôle dans l'élaboration de matériels de formation destiné à d'autres formateurs, et l'importance de son rôle dans l'élaboration de propositions en collaboration avec le Centre du patrimoine mondial.

XV.5 Les Délégués ont apprécié que la Stratégie fournisse un cadre cohérent pour renforcer le lien avec la soumission de rapports périodiques et souligner l'importance d'orientations pratiques. Certains Délégués ont estimé que l'existence de trois documents différents (deux documents de travail et un document d'information) plutôt qu'un seul document de synthèse était un facteur de confusion. Le Comité a demandé au Secrétariat et à l'ICCROM de produire un document intégré pour étude par le Bureau à la vingt-cinquième session.

XV.6 Le Comité, après étude des actions proposées par le Centre dans le document CONF/204/18, a adopté ce qui suit :

  • Pour l'enseignement général : poursuivre la recherche de partenaires en collaboration avec l'ICCROM, l'ICOMOS et les divisions compétentes de l'UNESCO ; rationaliser le réseau et les activités du Forum UNESCO.
  • Pour les bourses individuelles et les voyages d'étude : évaluation conjointe par l'ICCROM et le Centre du patrimoine mondial des possibilités de bourses offertes par l'UNESCO et sollicitation accrue de contributions financières et de partenariats interinstitutionnels.
  • Pour l'inventaire des ressources culturelles et leur cartographie : établir des modalités de coopération avec des organismes internationaux, régionaux et bilatéraux de coopération pour le développement.
  • Pour la conservation des monuments historiques et des sites archéologiques : en coopération avec les agences nationales de conservation, l'ICCROM, l'UNESCO, le Bureau nordique du patrimoine mondial (NWHO), le Bureau de Nara pour la protection du patrimoine culturel (ACCU-Nara)) et le Forum UNESCO : élaborer une approche plus systématique pour identifier les possibilités de formation sur place et en cours d'emploi sur les sites du patrimoine mondial ; formuler une proposition de diplôme ou de certificat international ou régional reconnu par l'UNESCO-ICCROM comprenant une formation sur site et recenser les moyens d'assurer un financement pluriannuel pour stabiliser ces stages de formation.

XV.7 Le Comité, après étude de la Stratégie globale de formation pour le patrimoine culturel, a adopté les actions prioritaires suivantes :

Orientation stratégique

  • Pour être efficace, toute stratégie globale de formation doit être complétée par des stratégies régionales. Pour cela, il faut accorder une attention permanente au suivi, à la mise à jour et au perfectionnement des stratégies de formation régionales.
  • Le meilleur moyen d'améliorer la formation pour le Patrimoine mondial consiste à renforcer à tous les niveaux et dans toutes les disciplines connexes les dispositions en faveur de la formation dans le domaine de la conservation. L'élaboration de programmes de formation destinés spécifiquement à la conservation des sites du Patrimoine mondial peut entraîner une multiplication inutile des efforts. Il est plus rationnel d'encourager les programmes de formation existants et futurs à intégrer les questions et perspectives propres au Patrimoine mondial.
  • Le Comité, le Centre et les organes consultatifs doivent assurer le contrôle et le suivi des activités de formation menées dans le cadre de la Stratégie globale de formation.
  • Les informations sur les activités de formation doivent être archivées afin de servir d'outil de planification des activités futures.
  • La liste de contrôle et les critères pour l'examen des demandes d'assistance au titre de la formation définis par l'ICCROM doivent être étudiés et adoptés par le Comité pour garantir un examen cohérent et transparent des demandes de formation.
  • Le « cadre de principes » devant guider la planification et le développement d'initiatives dynamiques de formation doit être étudié et adopté par le Comité.
  • Les résultats des compte rendus périodiques doivent être utilisés pour mettre à jour et adapter, le cas échéant, les stratégies de formation globale et régionales.
  • Le Comité doit intégrer ces résultats dans son processus général de planification stratégique.

Perspectives de formation internationales

Défis :

  • Le Comité doit utiliser au maximum de leurs possibilités les établissements de formation qui ont déjà élaboré des modules consacrés au Patrimoine mondial. Dans les régions où cette spécialisation n'existe pas encore, le Comité doit encourager les grands établissements régionaux à accorder une place au Patrimoine mondial dans leurs programmes de formation.
  • Les programmes de formation doivent être reliés à l'ensemble du processus de protection du Patrimoine mondial, notamment l'établissement des listes indicatives, les propositions d'inscription et le suivi après inscription.
  • Bien que les besoins spécifiques puissent être traités en considérant le contexte local et régional, les échanges d'informations et de pratiques au niveau international jouent un rôle important pour l'élaboration et l'essai de nouvelles approches et idées.

Actions prioritaires

  • Etablissement d'un réseau d'institutions internationales/ régionales/ nationales de formation concernées par le patrimoine mondial
  • Elaboration d'une série de module de formation prêts à l'emploi et de documentation de référence pour améliorer la mise en oeuvre de la Convention, en particulier pour préparer les propositions d'inscription et pour rendre compte régulièrement de l'état de conservation des sites et du suivi correspondant
  • Suite de la publication de la série des Directives de gestion par l'ICCROM, l'UNESCO et l'ICOMOS pour inclure les domaines non encore abordés (par exemple les sites archéologiques)
  • Elaboration de notes techniques simplifiées et de conseils liés à la série des Directives susmentionnées à l'intention des gestionnaires de sites.
  • Etudier l'élaboration d'un programme de renforcement des capacités basé sur des échanges permanents d'équipes de professionnels, de gestionnaires de sites et de responsables nationaux de pays « bien représentés » et « sous-représentés » afin d'élaborer, en tenant compte des résultats des rapports périodiques régionaux, des projets de listes indicatives, des propositions d'inscription, des rapports de suivi sur l'état de conservation des sites et d'analyser les meilleures pratiques de gestion.
  • Mise au point d'ateliers et de programmes de formation de formateurs visant à renforcer la capacité de formation des responsables (y compris les gestionnaires de sites) pour mettre au point et dispenser la formation nécessaire pour une meilleure mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial.

Patrimoine naturel

XV.8 Le Secrétariat a présenté la composante « patrimoine naturel » du WHC-2000/CONF.204/18, telle qu'elle figure en page 13-15 de ce document.

XV.9 L'UICN a approuvé les cinq points recommandés par le Secrétariat pour adoption par le Comité. Elle a estimé que la formation était un outil important pour atteindre les buts et les objectifs de la Convention. Elle a également informé le Comité qu'elle allait entamer des discussions avec le Centre pour trouver de meilleurs moyens d'appliquer le Plan d'action stratégique pour la formation de spécialistes du patrimoine naturel, tel qu'il a été adopté à la dix-huitième session du Comité (Berlin, 1995). L'UICN a également offert d'aider le Comité et le Centre à élaborer une Stratégie globale de formation dans le domaine du patrimoine naturel sur le même modèle que celle mise en place par l'ICCROM pour le patrimoine culturel.

XV.10 Le Délégué du Canada a encouragé le Comité et le Centre à accepter la proposition de l'UICN d'élaborer une Stratégie globale de formation dans le domaine du patrimoine naturel. Cette composante « patrimoine naturel », si elle est développée et associée à la composante « patrimoine culturel » mise en place par l'ICCROM, constituera une stratégie de formation complète pour la Convention.

Le Comité a demandé au Centre de coopérer avec l'UICN et d'autres partenaires concernés afin de :

  • redonner les informations aux Etats parties sur le Plan d'action stratégique pour la formation dans le domaine du patrimoine naturel, adopté par le Comité en 1995, en soulignant que le Plan définira les activités susceptibles d'être financées par l'intermédiaire du Fonds du patrimoine mondial à compter de 2001 ;
  • prendre contact avec les centres de formation régionaux, comme les Ecoles de Mweka (Tanzanie) et de Garoua (Cameroun), pour faire le point sur l'aide et le programme de bourse qui leur sont accordés chaque année et entamer des négociations avec eux et de nouveaux instituts de formation en Afrique afin de repenser l'aide à la formation proposée au personnel des sites africains en utilisant les ateliers de formation régionaux du patrimoine mondial, comme le recommande l'Action 2 du Plan dont pourrait bénéficier chaque année un personnel de plus en plus nombreux ;
  • revoir les liens entre le Plan d'action stratégique pour la formation relative au patrimoine naturel et les recommandations du Groupe de travail CONNECT (Capacity Building for Outreach, Natural Heritage Networking, Education, Co-operation and Training), afin de concevoir et de développer des projets pilotes et des initiatives qui revêtent une importance pour la formation, l'éducation et la vulgarisation concernant le patrimoine naturel ;
  • multiplier les partenariats pour concevoir et développer des projets de formation, d'éducation, de création de réseaux et d'animation au profit des sites du patrimoine mondial naturel et lancer des projets pilotes pouvant attirer des sources de financement publiques et privées, autres que le Fonds du patrimoine mondial ;
  • rendre compte à la vingt-cinquième session du Comité en 2001 des mesures prises pour appliquer les recommandations mentionnées ci-dessus, en signalant les principales réussites, les contraintes et les difficultés rencontrées, ainsi que des propositions pour un programme de travail triennal.

XV.11 Le Président a demandé au Centre, conformément à la proposition de la Déléguée de l'Afrique du Sud, de mettre particulièrement l'accent sur la formation de formateurs comme un moyen d'assurer la durabilité du transfert de compétences et de connaissances et une meilleure exploitation des ressources limitées qu'octroie le Fonds du patrimoine mondial pour la formation de spécialistes dans le domaine du patrimoine naturel.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2524 wh-info@unesco.org Mon, 27 Nov 2000 00:00:00 EST
25 COM XVIII.3 Coopération technique approuvée par le Bureau XVIII.3.1 CULTUREL République-Unie de Tanzanie

Préparation d'un plan de gestion pour les Ruines de Kilwa Kisiwani et Songo Mnara et l'extension Kilwa Masoko : Tout en soutenant cette demande, l'ICOMOS a noté la nécessité de détails complémentaires sur la répartition du budget. L'ICCROM a exprimé son soutien à cette activité, de même il a recommandé que le Bureau demande au Centre du patrimoine mondial d'organiser une mission de suivi réactif dans l'Etat Partie afin d'engager des consultations en vue de la future inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a approuvé une somme de 24.320 dollars pour cette activité, sous réserve de l'approbation par le Président d'une répartition budgétaire détaillée.

XVIII.3.2 CULTUREL Algérie

Réhabilitation du système hydraulique traditionnel dans la vallée du M'Zab et organisation d'un atelier de formation : L'ICOMOS a soutenu cette demande. Le Bureau a approuvé une somme de 25.000 dollars pour cette activité, à condition que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds.

XVIII.3.3 CULTUREL Maroc

Réhabilitation et restauration de Bab Agnaou dans la Médina de Marrakech : Tout en soutenant cette requête, l'ICOMOS a recommandé que la somme de 4.400 dollars demandée pour l'équipement informatique soit financée par l'Etat partie. Le Bureau a approuvé cette demande pour un montant de 22 984 dollars en demandant que l'Etat partie finance l'équipement informatique.

XVIII.3.4 CULTUREL Estonie

Conférence régionale intitulée « Alternatives à la reconstruction historique dans les villes du patrimoine mondial » (16-18 mai 2002) : Le Bureau a appouvé une somme de 28.000 dollars pour cette activité en demandant à l'Etat partie de faire tous les efforts possible pour que la publication des actes de la Conférence vienne compléter le Programme de l'UNESCO des villes du patrimoine mondial.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2339 wh-info@unesco.org Tue, 11 Dec 2001 00:00:00 EST
25 COM XVIII.4 Assistance de formation approuvée par le Bureau XVIII.4.1 NATUREL Sénégal

Atelier régional pour la formation sur les méthodolgies d'inventaires des zones humides : Le Bureau a été informé que l'UICN, bien qu'approuvant l'organisation d'un tel atelier, a demandé de plus amples informations sur le profil des participants, et a noté l'utilité d'impliquer le Bureau de l'UICN au Sénégal, responsable de projets aux Parcs Nationaux du Djoudj ou de Diawling comme formateurs en plus du personnel de Convention Ramsar. Le Bureau a approuvé une somme de 21.690 dollars pour cette activité, sous réserve que l'Etat partie soumette la liste de participants pour approbation par le Président, et en demandant que le Bureau de l'UICN au Sénégal soit invité à participer à cet atelier.

XVIII.4.2 CULTUREL Pakistan

Séminaire régional pour le suivi systématique en vue du renforcement de la gestion des sites du patrimoine mondial en Asie du Sud-Est : Le Bureau a approuvé une somme de 26.596 dollars pour cette activité sous réserve que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds.

XVIII.4.3 CULTUREL Sri Lanka

Séminaire national pour la préparation des rapports périodiques pour les biens du patrimoine mondial du Sri Lanka qui seront examinés par le Comité du patrimoine mondial en 2003 : L'ICCROM a soutenu cette demande et le Bureau a approuvé une somme de 25.000 dollars pour cette activité.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2340 wh-info@unesco.org Tue, 11 Dec 2001 00:00:00 EST
25 COM XVIII.6 Coopération technique approuvée par le Comité XVIII.6.1 NATUREL Seychelles

Renforcer la capacité de gestion de l'Atoll d'Aldabra : Le Secrétarait a informé le Comité que l'UICN, tout en soutenant cette demande, a souligné l'importance de s'assurer que les bateaux et les moteurs achetés sont le moins polluants possible et d'un entretien facile. Le Comité a approuvé une somme de 44.150 dollars pour cette activité, en demandant au Centre de s'assurer, via l'Unité d'achats d'équipement de l'UNESCO, que les moteurs achetés engendrent une pollution minimale et soient d'un entretien facile.

XVIII.6.2 NATUREL Zimbabwe

Développer la capacité de gestion des Parcs nationaux de Mosi-oa-Tunya/Chutes Victoria et de Mana Pools : Le Centre a informé le Comité que l'Etat partie avait payé ses arriérés au Fonds du patrimoine mondial et que des informations additionnelles concernant l'évaluation de la situation actuelle, particulièrement en ce qui concerne l'équipement existant, n'avaient pas encore été reçues par le Centre. Cependant, le Comité a été informé que l'Etat partie avait assuré le Centre que cette information additionnelle avait été transmise. De ce fait, le Comité a approuvé cette demande pour un montant de 63.708 dollars, sous réserve de la réception d'informations satisfaisantes par le Centre et l'UICN et de l'autorisation du Président pour l'allocation des fonds.

XVIII.6.3 CULTUREL Les Philippines

Demande d'assistance technique d'urgence pour la mise en valeur de la conservation et gestion des Rizières en terrasses des cordillères des Philippines : Le Centre a informé le Comité que les organes consultatifs appuyaient la requête. Le Comité a approuvé 75.000 dollars sous réserve que l'Etat partie paye sa contribution au Fonds. Il a également demandé que les autorités nationales mettent en oeuvre cette activité en étroite coopération avec le Conseiller régional de l'UNESCO pour la Culture en Asie- Pacifique (Bureau UNESCO Bangkok).

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2341 wh-info@unesco.org Tue, 11 Dec 2001 00:00:00 EST
25 COM XVIII.7 Assistance de formation approuvée par le Comité XVIII.7.1 NATUREL Côte d'Ivoire

Atelier national intitulé « Contribution à la recherche sur le développement et la gestion durable du Parc national de Taï » : Le Comité a approuvé une somme de 30.514 dollars en demandant à l'Etat partie d'intégrer les recommandations de l'UICN lors de la finalisation des objectifs de cette activité et a demandé à l'Etat partie de payer sa contribution au Fonds.

XVIII.7.2 CULTUREL WHC, ICCROM, CRATerre-EAG

Afrique 2009 : Conservation du patrimoine culturel immobilier d'Afrique subsaharienne : Le Comité a approuvé une somme de 100.000 dollars pour cette activité en notant que celle-ci sera mise en oeuvre par le Centre du patrimoine mondial, l'ICCROM et CRATerre- EAG, conformément aux pratiques en usage établies pour le programme de formation Afrique 2009. XVIII.7.3 CULTUREL Algérie Atelier sur la conservation des mosaïques : Le Centre a informé le Comité que les éclaircissements demandés par l'ICCROM avaient été fournis et que l'ICCROM approuvait cette activité. Le Comité a approuvé cette demande pour un montant de 50.000 dollars.

XVIII.7.4 CULTUREL Oman

Séminaire régional sur la conservation de l'architecture en terre : Les représentants de l'ICOMOS et de l'ICCROM ont noté que la somme demandée pouvait être considérée comme étant élevée, puisque l'atelier de formation serait d'une durée de trois jours. Le Centre a informé le Comité que le budget incluait les frais de voyage pour les participants de la région et que cet atelier pourrait mener au développement des capacités pour la conservation de l'architecture de terre dans la région arabe. Le Comité a approuvé une somme de 43.340 dollars en demandant au Centre du patrimoine mondial de coordonner l'organisation de cette activité de formation, en étroite collaboration avec CRATerre et le Ministère omanais du patrimoine national et de la Culture, en s'assurant que : (i.) les orientations techniques détaillées concernant la conservation de base, le suivi et les pratiques d'entretien de l'architecture en terre soient incluses dans la publication finale ; (ii.) les actes et la documentation résultant du séminaire soient largement diffusés ; (iii.) une stratégie d'exploitation des résultats soit discutée et adoptée au séminaire.

XVIII.7.5 CULTUREL Brésil

1er programme d'enseignement à distance spécialisé dans le domaine de la conservation territoriale et urbaine (ITUC/ALTD 2002) et 5e cours spécialisé sur la conservation territoriale et urbaine (ITUC/BR 2003) (Brésil) : Le Comité a approuvé cette demande pour un montant de 43.300 dollars, en priant l'Etat partie : (i.) de suivre les recommandations de l'ICCROM de porter à 25 % le nombre de places réservées aux participants non brésiliens ; (ii.) de soumettre les résultats du travail de groupe au Centre du patrimoine mondial quand l'activité sera terminée ; et (iii.) de payer l'arriéré de ses cotisations au Fonds du patrimoine mondial.

XVIII.7.6 CULTUREL Brésil

XIIe cours de spécialisation du CECRE sur la conservation des monuments et la réhabilitation des villes historiques : Le Comité a approuvé cette demande de 50.000 dollars, en demandant à l'Etat partie (i.) d'accueillir au cours un nombre substantiel de stagiaires internationaux ; (ii.) de développer la présentation des thèmes concernant le patrimoine mondial dans le programme du CECRE ; (iii.) de publier le compte rendu du cours à ses frais, comme il l'a fait les années précédentes ; et (iv.) de payer l'arriéré de ses cotisations au Fonds du patrimoine mondial.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/2342 wh-info@unesco.org Tue, 11 Dec 2001 00:00:00 EST
27 COM 9 Stratégie globale de formation Le Comité du patrimoine mondial [64],

1. Diffère l'examen des documents WHC-03/27.COM/9 et WHC-03/27.COM/INF.9 à la 28e session du Comité du patrimoine mondial en 2004.

[64] Voir aussi Décision 27 COM 2

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/742 wh-info@unesco.org Sun, 29 Jun 2003 00:00:00 EST
28 COM 19.1 http://whc.unesco.org/fr/decisions/300 wh-info@unesco.org Mon, 28 Jun 2004 00:00:00 EST 28 COM 19.2 http://whc.unesco.org/fr/decisions/301 wh-info@unesco.org Mon, 28 Jun 2004 00:00:00 EST 29 COM 10 Stratégie globale de formation Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/10,

2. Rappelant la décision 7 EXT.COM 11 adoptée lors de sa 7e session extraordinaire (UNESCO, 2004),

3. Note que le financement accordé à l'UICN prévu dans le Projet de budget 2006-2007 est inadapté pour permettre effectivement la mise en oeuvre du programme-cadre global pour le renforcement des capacités en matière de patrimoine naturel ;

4. Affecte un montant de 40 000 dollars EU à l'UICN au titre de la ligne budgétaire 1.2 du Fonds du patrimoine mondial pour des services des Organisations consultatives en plus de la proposition actuelle de 65 000 dollars EU pour l'exercice biennal 2006-2007. L'objectif est de permettre l'accélération d'activités actuelles relatives à la rédaction de manuels de formation et le soutien à des ateliers de formation, en plus de l'établissement et de la mise en oeuvre d'un plan d'action de collecte de fonds extrabudgétaires visant à soutenir la mise en oeuvre du programme-cadre global de formation et de renforcement des capacités en matière de patrimoine naturel, en transférant un montant équivalent de la ligne budgétaire 3.2.1 pour l'assistance internationale pour la formation et la recherche ;

5. Demande à l'UICN de rendre compte de l'avancement réalisé à cet égard au Comité du patrimoine mondial, à sa 31e session (2007) ;

6. Engage vivement les Etats parties et les organisations non gouvernementales compétentes à collaborer avec l'UICN et à soutenir la mise en oeuvre stratégique du Programme-cadre global pour le renforcement des capacités en matière de patrimoine naturel.

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/527 wh-info@unesco.org Sun, 10 Jul 2005 00:00:00 EST
32 COM 7.2 Proposition en vue de l’élaboration d’une recommandation révisée concernant la sauvegarde des ensembles historiques ou traditionnels et leur rôle dans la vie contemporaine. Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7.2,

2. Rappelant la décision 29 COM 5D, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005) et la résolution 15 GA 7 adoptée à la 15e Assemblée générale des Etats parties à la Convention (UNESCO, 2005),

3. Prenant note de la décision 179 EX/25 concernant une « Proposition du Directeur général en vue de la préparation d'une recommandation révisée concernant la sauvegarde des ensembles historiques ou traditionnels et leur rôle dans la vie contemporaine » incluant une étude préliminaire portant sur les aspects techniques et juridiques de la question à traiter ;

4. Félicite les Organisations consultatives - l'ICOMOS, l'ICCROM et l'UICN - ainsi que les organisations partenaires - l'Union internationale des architectes (UIA), la Fédération internationale des architectes paysagistes (IFLA), la Fédération internationale pour l'habitation, l'urbanisme et l'aménagement des territoires (FIHUAT), l'Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM) et le Fonds Aga Khan pour la culture - pour leur soutien constant et leur participation à cette initiative importante ;

5. Demande au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives de préparer un plan d'action doté d'un calendrier pour élaborer de nouvelles orientations de gestion des biens urbains historiques du patrimoine mondial, et notamment des outils d'évaluation d'impact pour soumission au Comité à sa 33e session en 2009.

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/1571 wh-info@unesco.org Wed, 02 Jul 2008 00:00:00 EST
32 COM 7.3 Rapport sur le mécanisme de suivi renforcé Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7.3,

2. Rappelant la décision 31 COM 5.2, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note des informations fournies sur les activités menées au titre du mécanisme de suivi renforcé ;

4. Demande, au vu du rapport sur la mise en œuvre du mécanisme de suivi renforcé, au Centre du patrimoine mondial d'élaborer un protocole de mise en œuvre du mécanisme pour traiter :

                a) La fréquence de l'établissement des rapports ;

                b) Les résultats escomptés de l'établissement des rapports ;

                c) La diffusion des rapports ;

                d) L'estimation des coûts et la gestion du budget.               

          pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

5. Décide d'allouer un montant de 50,000 dollars EU du Fonds du patrimoine mondial pour la mise en œuvre du mécanisme de suivi renforcé pour 2008-2009.

 

]]>
http://whc.unesco.org/fr/decisions/1572 wh-info@unesco.org Wed, 02 Jul 2008 00:00:00 EST